Que nous réserve 2017 ?

A l’aube d’une toute nouvelle année, il est temps de faire un bilan sur 2016 et sur l’écriture. Je vais être honnête, je suis assez déçue, je trouve que ça n’a pas été très fameux. A qui la faute ? Moi ? La fac qui me prend du temps ? Les séries bien trop attirantes ? Un manque de motivation ? Les corrections de mes anciens écrits ?

Un peu de tout à vrai dire.

2016, ça a été une grosse remise en question.

Premièrement, j’ai abandonné un projet que je tenais depuis plus de deux ans, que vous devez surement connaitre si vous me suivez sur ma page facebook depuis un petit moment. Je m’étais essayé à la plateforme youtube, j’y postais en anglais des vidéos sur des séries, des livres, des comptes rendus de conventions, des vlogs… Je n’ai gardé que ces derniers. Tout le reste a disparu. Je ne sais pas si c’est par manque de moyen, de logiciel, ou d’envie tout simplement, mais je me suis lassée. Ce n’était pas pour moi : je n’avais aucune prétention, j’avais créé la chaine pour parler, m’améliorer, mais ces « haul » et autres « favoris du mois » ce n’était pas pour moi. Monter, mettre des sous-titres, les traduire, ça devenait une vraie corvée. J’ai donc décidé de revenir à mon premier amour, l’écriture. Est-ce que je devrais être déçue de moi parce que j’abandonne ? Non, j’ai essayé quelque chose qui ne me correspond tout simplement pas, et j’avance. Est-ce que j’enrage d’avoir perdu deux ans ? Un peu, car j’aurais pu utiliser les heures et les heures de montage et de traduction pour écrire mais je me dis aussi que, si je ne tournais pas de vidéos, peut-être que je me serai remise à dessiner, ou à regarder des séries… je n’avais pas envie d’écrire à ce moment-là.

Ah, la page blanche. Elle est là, elle rode, elle revient, elle repart. Cette année a été très enrichissante pour moi, dans tous les domaines, que ce soit au point de vue des études ou personnel. J’ai grandi, j’ai voyagé, je me suis permis des choses que je n’aurais jamais fait avant. Et c’est un peu mon problème : si j’écrivais autant et si vite étant plus jeune c’est parce que je m’ennuyais, que j’étais seule et le plus souvent, malheureuse. Ce n’est pas une blague. Vous voyez Jane Lockhart de Not another happy ending (très bon film d’ailleurs, je vous le conseille) qui ne peut écrire que lorsqu’elle est déprimée ou qui a un blocage quand elle sait qu’elle est heureuse ? C’est un peu moi. C’est triste, mais c’est vrai. Ces deux dernières années j’ai été très épanouie. Les moments où l’écriture me démange c’est quand je broie du noir, quand j’écris vite fait sur mon portable entre deux pauses d’un job étudiant minable qui me ruine le moral. Est-ce que ça veut dire que je vais devenir ermite pour recommencer à écrire ? Je ne l’espère pas ! J’y travaille petit à petit et j’espère que 2017 m’aidera à me recentrer sur MOI, à m’organiser des moments en tête à tête avec MOI, qui me permettront de reprendre mon clavier, comme aujourd’hui.

Je me suis aussi posé beaucoup de question. Est-ce que j’aime toujours écrire ? Oui. Pourquoi je ne le fais pas plus souvent alors ? Peut-être tout simplement parce que j’ai tenu (un peu trop haut la main) ma résolution de 2016 qui était de reprendre la lecture tous les soirs. Je me suis aussi interrogée sur mon style d’écriture : j’ai testé le fantastique, la dystopie, la chicklit…qu’est-ce que j’aimerai faire ? Les romans historiques, contemporains, les romances me plaisent beaucoup…mais j’ai l’impression d’avoir encore beaucoup de chose à dire dans les registres précédents. J’ai aussi remis en cause ma place dans l’édition, je me suis souvenue de « grandes maisons » qui m’avaient dit au temps d’Angelheart, que même si cette trilogie ne leur convenait pas, je devais leur envoyer mes prochains écrits. Je ne l’ai pas toujours fait. Est-ce qu’aujourd’hui mon style leur convient toujours ? Ces éditions jeunesse alors que je m’épanouie de plus en plus dans le détaillé, le macabre ou le cru ? Je ne sais pas, encore une fois.

2016 a aussi été le temps de la nostalgie. Je suis retombée sur de vieux écrits, mes premières « fanfictions », Lionheart puis mes derniers « bébés ». Je me suis surprise à rire à mes propres blagues, à redécouvrir un récit que j’ai moi-même écrit. Je me suis dit « c’est toi qui a écrit ça ? tu vois, tu peux le faire ! »

Alors oui, en 2016 je n’ai pas beaucoup écrit. Mais j’ai tout de même passé trois mois cet été à corriger Seven et Amitchigan en vu de leur publication l’année prochaine. C’est si proche ! J’ai également écrit Arnhild, une nouvelle sur une jeune Viking qui est parue dans le recueil de Rebelle à l’occasion de Noël. Oui, c’est peu, mais c’est déjà ça. Ça m’a permis de voir que je pouvais faire autre chose.

2017, ça sera mon année, en septembre vous découvrirez enfin Seven chez Rebelle Editions. Puis en octobre, ça sera le tour d’Amitchigan. Le 7 a toujours été mon numéro porte bonheur, il me suit partout et j’espère réellement que cette année me portera chance dans l’édition et l’écriture. J’espère réellement, même s’il reste encore quelques mois avant que vous me lisiez, que vous apprécierez mon travail.

2017, sera également l’année d’un nouveau projet, les auto-tamponneuses. C’est un roman (one-shot) qui me tient à cœur et que j’espère vraiment développer (et finir ? serait-ce trop demander ?) cette année là. 2017 sera vraiment mouvementé pour ma part, je pars en Erasmus six mois en Espagne et j’espère avoir l’opportunité de partir au Royaume Uni en Septembre prochain. J’aimerai beaucoup tenir un blog durant ces séjours, ce qui me permettrait de ne pas perdre la main en attendant. Vous serez évidemment les premiers au courant ! Ces voyages vont me prendre beaucoup de temps et mon unique résolution est, non pas de reprendre le sport ou de manger plus équilibré mais de concilier ma première passion avec mon emploi du temps toujours plus chargé. En 2017, j’aimerai aussi me pencher sur d’autres projets, voir ce qui m’attend après les auto-tamponneuses. J’ai énormément d’idées mais par quoi commencer ? Une nouvelle dystopie ? Une autre trilogie ? Une saga plus longue ? Qu’est-ce qui ME fera plaisir, qu’est-ce que je serais capable d’écrire sans m’essouffler ?

Beaucoup de questions sans réponses. Mais j’aborde 2017 sereine, car je sais que vous serez avec moi.

Source de l’image à la Une.

%d blogueurs aiment cette page :